Robert Berdan

Alberta

Nombre de projets : 4

Valeur des terres : Selon les évaluations de la valeur des terres que CNC a conservées directement et avec des partenaires. 11 551 720 $

Acres conservés : 2 406

Bénévoles pour l’intendance : 782

Bunchberry Meadows est officiellement conservée

CNC

Lorsque Max Berretti est arrivé au Canada, il y a 55 ans, il est tombé amoureux de ses espaces sauvages uniques. En 1974, lui et 4 autres familles ont acheté une parcelle de terre aux limites d’Edmonton, près du Devonian Botanic Garden (maintenant le Jardin botanique de l’Université de l’Alberta). Pendant 40 ans, les familles ont pris soin de la terre, protégeant cet habitat pour les orignaux et plusieurs autres espèces.

La propriété est maintenant entourée de terres agricoles, d’aéroports, de routes, de ponts et d’industries.

Quand la décision de vendre la propriété a été prise, les membres des familles ont contacté CNC pour trouver un moyen d’assurer sa conservation à long terme. Contre toute attente, les 5 familles se sont unies et entendues pour la vendre pour la moitié de sa valeur estimée afin qu’elle soit conservée pour que les gens de la région d’Edmonton puissent l’admirer, en profiter et se connecter avec la nature. Sans la générosité de ces familles, ce projet n’aurait jamais vu le jour.

La campagne de financement pour la conservation de Bunchberry Meadows a été lancée en 2015, et s’est terminée 2 ans plus tard. Ce projet de conservation a été rendu possible grâce aux 5 familles qui ont pris soin de la propriété pendant plus de 40 ans. Pendant ces 4 décennies, elles ont gardé ce territoire intact alors que tout autour les terres et la ville d’Edmonton connaissaient un développement important.

CNC Alberta confirmait récemment l’acquisition de l’aire de conservation Bunchberry Meadows, un site d’une superficie de 640 acres (259 hectares) tout juste à 30 km du centre-ville d’Edmonton.

CNC et l’Edmonton Area Land Trust (EALT) ont acquis la propriété et collaboreront pour sa gestion, dont l’inventaire d’espèces animales, l’installation de nichoirs et la planification d’activités bénévoles pour assurer l’intendance du site.

La conservation d’un ranch de 135 ans en Alberta

CNC

Lorsque Jennifer Barr avait 4 ans, sa famille a déménagé au ranch Oxley dans le sud de l’Alberta. Sa mère Willa maria Jim Gordon, alors propriétaire du ranch, qui offrit à Jennifer un vieux cheval et une selle ornée de motifs argentés. Jennifer a grandi montant son fidèle cheval, explorant la terre et développant une grande appréciation pour ce ranch, son chez-soi.

Au fil des années, Jim lui enseigna l’histoire de la terre, lui raconta des anecdotes à propos des gens qui l’avaient habitée et des sacrifices que leur famille avait faits pour y demeurer depuis son acquisition.

Il n’est pas facile de gagner sa vie sur un ranch d’élevage. Avec le développement urbain qui s’étend aux contreforts pittoresques des montagnes, la subdivision et le développement immobilier exercent une pression grandissante.

Puisque le futur de leur précieux ranch était loin d’être certain, Jennifer et sa famille ont cherché une solution pour assurer sa survie à long terme.

Le 28 mars 2017, la conservation du ranch Oxley a été annoncée. L’entente de conservation choisie par la mère de Jennifer avec CNC garantit le droit pour la famille Barr de demeurer sur le ranch et de continuer à y gagner leur vie, tout comme l’ont fait leurs ancêtres depuis 1919.

Le ranch est situé à proximité de plusieurs autres propriétés protégées par CNC, dont les ranchs Welsch, Waldron et King. Ces ranchs du sud de l’Alberta comportent tous de grandes prairies et sont situés dans une région, couvrant seulement 4 % de la province, caractérisée par la présence de cours supérieurs de rivières qui constituent la source d’eau de 45 % des Albertains. En plus de soutenir les familles qui vivent sur les ranchs et les espèces indigènes qui dépendent de cet habitat, les prairies, comme celle du ranch Oxley, joue^7nt un rôle important dans le contrôle des sécheresses et des inondations en emmagasinant l’eau.

« Travailler avec CNC m’a apporté un grand réconfort puisque je sais que la terre sera protégée bien après que nous aurons tous traversé de l’autre côté… » mentionne Jennifer.

Ce projet a été rendu possible grâce au financement du Gouvernement de l’Alberta, par le Alberta Land Trust Grant Program, et à celui du Gouvernement du Canada, par le Programme de conservation des zones naturelles.

MiMedia et CNC s’associent pour créer du contenu albertain pour des vidéos du National Geographic Wild

CNC

Les pittoresques versants est des Rocheuses, dans le sud-ouest de l’Alberta, abritent certaines des espèces les plus emblématiques du Canada. Loups, ours et couguars parcourent le territoire, le partageant avec les habitants des ranchs de la région.

Afin de capturer des images de ce paysage typiquement canadien et ainsi permettre à d’autres d’en profiter, MiMedia et CNC ont travaillé ensemble pour créer un épisode d’une des séries de National Geographic Wild. Animé par Brian Keating, collaborateur de longue date de CNC et naturaliste reconnu mondialement, cet épisode de la série Going Wild illustre l’importance et la splendeur de l’est des Rocheuses.

Les contreforts du sud de l’Alberta sont une priorité de conservation pour CNC, car cette région est un des derniers endroits de la province où les prairies à fétuque (graminée) sont relativement intactes. On estime qu’il reste moins de 5 % des prairies à fétuque dans le pays, faisant de cette aire une des plus menacées du Canada. Ce petit espace de nature sauvage contient aussi le dernier 1 % des Grandes Plaines du Nord qui comporte encore une grande diversité de faune et de flore.

Alors qu’il faisait -16 °C, le 11 mars dernier, 13 bénévoles ont bravé le froid pour aider au nettoyage de vieux enclos de bois de Bunchberry Meadows. De toutes les activités d’intendance de CNC au fil des ans, elle est celle qui s’est déroulée le plus tôt dans l’année!