Claude Duchaîne

Québec

Nombre de projets : 10

Valeur des terres : Selon les évaluations de la valeur des terres que CNC a conservées directement et avec des partenaires. 5 364 300 $

Acres conservés : 5 284

Bénévoles pour l’intendance : 115

Des biologistes en herbe en apprennent plus sur les oiseaux de proie et la flore à la réserve naturelle Alfred-Kelly

CNC

Au cours de l’été 2016, munis de loupes, de jumelles et de carnets de croquis, 24 jeunes du camp de jour d’été montréalais La ruelle potagère sont devenus des apprentis biologistes.

Ainsi, le groupe de jeunes de 12 à 15 ans s’est lancé à la recherche d’oiseaux de proie le long de la falaise et dans l’observation de la flore dans le sentier écologique de la réserve naturelle Alfred-Kelly, dans la région des Laurentides.

Organisée dans le cadre des Journées-Nature de CNC, cette activité a non seulement permis aux jeunes de sortir de la ville, mais également de faire des apprentissages et de voir la conservation en action.

Au cours de la journée, les jeunes naturalistes ont observé diverses espèces végétales, dont la sanguinaire du Canada et  des hêtres portant des griffures d’ours noir, et animales, dont le pic mineur, le pioui de l’Est et l’urubu à tête rouge.

À une époque où les enfants passent de plus en plus de temps à l’intérieur, le programme Journées-Nature organisé par Conservation de la nature Canada (CNC) en partenariat avec la Banque HSBC Canada donne la chance aux jeunes de découvrir la nature et la biodiversité qui les entourent, ainsi que les possibilités de carrière qui s’offrent à eux dans les domaines de la conservation et de la biologie.

La présence d’habitats naturels uniques à la réserve naturelle Alfred-Kelly favorise la présence d’une flore étonnamment variée et d’une grande diversité d’espèces animales.

Conservation de la nature Canada travaille activement avec des partenaires locaux dans la région des Laurentides pour protéger cet habitat précieux pour la flore et la faune. 

Trois nouvelles propriétés protégées sur les rives du majestueux fleuve Saint-Laurent

Patrice Bériault

Grâce à de généreux donateurs, CNC a acquis trois nouvelles propriétés, d’une superficie totale de 51 acres (21 hectares), sur les rives du fleuve Saint-Laurent.

Île de Grâce

À Sainte-Anne-de-Sorel, une propriété riveraine a été ajoutée à l’aire protégée de l’île de Grâce, dans l’archipel du Lac-Saint-Pierre. Le site est important pour la protection de l’habitat du chevalier cuivré, un poisson endémique au Québec en voie de disparition selon la Loi sur les espèces en péril.

La rive sablonneuse de la propriété est propice à la nidification de la tortue géographique, une espèce sont la situation est jugée préoccupante. La propriété constitue également une zone tampon importante entre le milieu aquatique et la prairie herbacée.

Marécage de Grondines

Le marécage de Grondines, s’étendant sur sept kilomètres de rive dans l’estuaire d’eau douce du Saint-Laurent, est un des derniers marécages arborés de grande étendue en bordure du fleuve. Situé à Deschambault-Grondines, la propriété abrite une grande forêt inondable et une aire de concentration de la sauvagine.

On trouve sur la propriété de nombreuses colonies de cicutaire de Victorin, dont la situation est jugée préoccupante, et d’ériocaulon de Parker, une espèce menacée à l’échelle provinciale. Ces deux plantes ne poussent que dans l’estuaire du Saint-Laurent.  

Pointe Argentenay

La pointe Argentenay, l’un des joyaux de notre patrimoine naturel, abrite une forêt rare et unique, ainsi qu’une flore abondante. Située à Saint-François-de-l’Île-d’Orléans, la propriété est entourée de battures herbeuses qui constituent une importante halte migratoire pour la sauvagine migratrice.

De plus, les battures abritent la gentiane de Victorin, une espèce menacée, ainsi que la cicutaire de Victorin et l’ériocaulon de Parker. La forêt, quant à elle, abrite des spécimens de noyer cendré, une espèce menacée.

Les donateurs et partenaires suivants ont contribué à la réalisation de ces projets :

  • Éco Héros
  • La Fondation de la faune du Québec
  • Le Gouvernement du Canada, dans le cadre du Programme de conservation des zones naturelles
  • Les enfants de Joséphine et Adrien Laganière, fils de Charles B. Laganière
  • La famille Guimont
  • La famille Lafrance
  • Feue Jeanne d’Arc Thibault
  • Le U.S. Fish and Wildlife Service, en vertu de la North American Wetlands Conservation Act
  • La Virginia Parker Foundation
  • Ainsi que des donateurs privés

Grâce à carapace.ca, un site interactif permettant de signaler la présence de tortues, on a récemment pu déterminer qu’une tortue des bois avait élu domicile à un nouvel endroit, soit entre deux sites où l’espèce avait été observée par le passé.