Branimir Gjetvaj

Saskatchewan

Nombre de projets : {Field:TotalProjectsTooltip} 6

Valeur des terres : Selon les évaluations de la valeur des terres que CNC a conservées directement et avec des partenaires. 2 245 000 $

Acres conservés : 3 194

Bénévoles pour l’intendance : 153

Des participants à un bioblitz découvrent 10 espèces en péril

Steve Zack

L’été dernier, Conservation de la nature Canada (CNC) a noté la présence de 10 espèces en péril au cours d’un bioblitz mené par des employés de CNC et des bénévoles sur notre vaste propriété Wideview. Le complexe Wideview représente un projet de conservation d’importance du sud-ouest de la Saskatchewan. Sa superficie de 1 222 hectares (3 021 acres) est composée de douces collines et de prairies indigènes et se situe dans le bassin versant de la rivière Milk.

Les bioblitz sont des relevés biologiques d’un jour, visant à documenter toutes les espèces se trouvant sur une propriété. Cette information est ensuite utilisée pour prendre des décisions sur les meilleures manières de gérer les habitats de ces espèces.

Les prairies tempérées du Canada sont considérées comme l’écosystème le plus en péril au monde. Les populations d’oiseaux de prairie qui s’y trouvent ont connu un déclin majeur au cours des 40 dernières années. L’équipe du bioblitz a été ravie de documenter à Wideview la présence d’oiseaux menacés, tels que le pipit de Sprague et la pie-grièche migratrice.

Partenaires pour la recherche

Bill Caulfeild-Browne

Les brûlages dirigés sont des feux soigneusement planifiés et étroitement surveillés. Ils sont conçus pour simuler le rôle que jouaient autrefois les feux de forêt sur l’écosystème des prairies.

CNC et les chercheurs de l’Université de la Saskatchewan, à l’aide de contributions importantes de la Meewasin Valley Authority, ont réalisé leurs premiers feux contrôlés en avril 2017.

Ces feux sont un élément de premier plan d’un projet de recherche quinquennal qui se déroule à l’aire de conservation des prairies patrimoniales Old Man on His Back de CNC. Le projet vise à mieux comprendre la façon dont les différentes perturbations, y compris les feux et les pâturages, ont une incidence sur la diversité et l’organisation des communautés végétales. Des brûlages sont prévus dans l’aire au printemps et à l’automne au cours des trois prochaines années.

Étudier le travail de conservation sur le terrain

NCC

L’an dernier, un groupe de la Première Nation Kawacatoose a visité la propriété Maymont de CNC afin d’y planter des mottes de fleurs sauvages et de récolter des graines qui ont été utilisées par la suite dans l’un des projets de restauration de CNC. Cette activité s’est déroulée dans le cadre du programme Learning the Land, qui enseigne aux élèves la conservation des prairies indigènes et des espèces en péril tant du point de vue de la science occidentale que des connaissances traditionnelles autochtones.

CNC a créé un partenariat avec les écoles du Treaty 4 Education Alliance afin d’enseigner la conservation dans les classes.

Ce programme comprend un apprentissage en classe prodigué par les enseignantes et enseignants, ainsi que des présentations spéciales du personnel de CNC et des sorties scolaires en plein air. Une des activités consistait en un projet artistique facilité par le célèbre artiste cri Michael Lonechild, originaire de la Première Nation de White Bear.

Les partenariats comme le Treaty 4 Education Alliance favorisent la collaboration et encouragent de plus grands efforts de conservation à travers le Canada, en plus de contribuer à la protection de nos aires naturelles spectaculaires.

Saviez-vous que la demande est forte pour des abris et des aires de nidification? Et que la concurrence est vive pour les cavités (trous) de bonne qualité? Plusieurs espèces d’oiseaux et de mammifères, notamment les chauves-souris, s’en servent pour y construire leurs nids et s’y jucher.

Les nichoirs s’apparentent à des cavités naturelles. Ils offrent à la chauve-souris un espace douillet et sécuritaire pour nicher et laisser ses jeunes lorsqu’elle part chercher de la nourriture. L’avantage des nichoirs est que leur structure ne permet pas à d’autres espèces de les utiliser.

Lors d’une activité bénévole tenue l’été dernier à l’aire de conservation des prairies patrimoniales Old Man on His Back (OMB), des bénévoles ont construit des nichoirs (ou dortoirs) pour chauves-souris à installer à OMB et sur d’autres propriétés de CNC en Saskatchewan.