Don Dabbs

Saskatchewan

Nombre de projets : 4

Valeur des terres : Selon les évaluations de la valeur des terres que CNC a conservées directement et avec des partenaires. 401 000 $

Acres conservés : 487

Bénévoles pour l’intendance : 76

Transformer le développement en conservation

Calvin Fehr

Les prairies sont parmi les habitats les plus rares et les plus à risque dans le monde en plus d’être un élément essentiel à l’équilibre environnemental de la Saskatchewan. Elles jouent un rôle de zone tampon pour les niveaux d’eau et constituent un habitat comportant la plus grande biodiversité au monde. En Saskatchewan, il nereste environ que 20 % ou moins de prairies indigènes. 

K+S Potash Canada (KSPC) a donné près de 1 million de dollars pour compenser le développement de son nouveau projet de mine Legacy dans le centre sud de la Saskatchewan. Ce don permettra de conserver des prairies indigènes ainsi que plusieurs espèces présentes sur le territoire.

Cette compensation pour l’habitat de prairie vise les terres où la mine mènera ses opérations. KSPC a accepté volontairement d’être la première compagnie à utiliser la nouvelle formule de compensation proposée par le ministère de l’Environnement de la Saskatchewan. Celle-ci, développée avec l’aide de KSPC et de CNC, a pris en compte des variables comme l’effet du développement sur les espèces préoccupantes et sur la rupture de connectivité des habitats.

Des plans d’intendance sur mesure

CNC

Redberry Lake La ville de Hafford, située dans le centre-ouest de la Saskatchewan, abrite la seule Réserve de la Biosphère de l’UNESCO de la province. Site d’un refuge d’oiseaux migrateurs, la réserve abrite un bassin versant qui constitue l’habitat d’espèces d’oiseaux en péril, tels que le pluvier siffleur et le pélican d’Amérique. 

L’équipe de scientifiques de CNC a regroupé des propriétaires de terres et de ranchs, des biologistes de la faune et des techniciens en gestion de l’eau pour une rencontre de deux  jours à Hafford.

Les propos fournis lors des discussions ont permis à l’équipe d’élaborer un plan de conservation spécifique pour deux endroits uniques : West Parklands et West Boreal Transition. Chaque lieu possède ses menaces distinctes et ses propres objectifs de conservation. West Parklands inclut des lopins et des corridors qui contiennent des forêts-parcs à trembles et à fétuques, des forêts mixtes de trembles, des milieux humides et des rivières pour abriter la faune et la flore, dont des poissons et des amphibiens.

Ces plans sur mesure permettront à CNC de mettre l’accent sur les prairies et les forêts de plusieurs façons et de produire des plans justifiables du point de vue écologique. Le plan guidera les efforts de conservation pour 30 espèces vulnérables, dont la grue blanche, une espèce en voie de disparition.

Combiner la science occidentale avec le savoir autochtone traditionnel

CNC

Les jeunes Canadiennes et Canadiens n’ont pas souvent l’occasion de transporter leur classe hors de leur école.

Mais désormais, grâce au projet pilote en conservation des prairies indigènes, Learning the Land, géré par CNC Saskatchewan, des élèves d’un peu partout se rendent sur le terrain.

L’éducatrice Carol Crowe travaille avec CNC et Treaty 4 Education Alliance sur le programme Learning the Land qui a débuté en 2015 et mis en œuvre dans 11 écoles du sud de la Saskatchewan. Basé sur le programme scolaire de science, Learning the Land met l’accent sur des aspects traditionnels, culturels et scientifiques concernant les espèces en péril et la prairie indigène; les apprentissages se font à la fois dans la salle de classe et lors de sorties en nature.

Dernièrement, Mme Crowe a visité une classe d’élèves pendant une journée à l’école secondaire Kawacatoose First Nation pour discuter des avenues de carrière en conservation. Les communautés autochtones et leurs sages ont acquis une grande connaissance en travaillant sur la terre, mentionne Mme Crowe. Elle croit que si les participants partageaient leurs connaissances en conservation, ce serait un grand pas pour l’environnement. 

Les participants du programme prennent aussi conscience des défis entourant une saine gestion du territoire et du potentiel du travail collectif dans les collectivités rurales et urbaines pour conserver les habitats naturels et soutenir la diversité des espèces sauvages. Plus de 100 étudiants, enseignants, sages, scientifiques et membres de CNC sont impliqués dans ce projet. Les participants sont aussi invités à se joindre aux journées de Bénévoles pour la conservation en Saskatchewan avec CNC pendant les mois plus cléments.

Les donateurs du programme Learning the Land incluent le Fonds autochtone pour les espèces en péril Environment d’Environnement et Changement climatique Canada et la First Nations and Métis Community Engagement Project Fund de la province de la Saskatchewan.

Saviez-vous que les tuyaux, les poteaux de clôture et les bouches d’aération peuvent être dangereux pour les oiseaux? En août dernier, des bénévoles pour la conservation ont utilisé des boîtes de conserve recyclées pour obstruer plus de 300 poteaux de clôture à l’aire de conservation des prairies patrimoniales de Old Man on His Back.